Aucun souvenir de Césarée - Marie-Ange Guillaume

Publié le par Plume

 

Edition : LePassage

Parution : Août 2014

De son enfance, elle a tout oublié sauf la peur et l’ennui coriace. De ses vingt ans, elle a tout oublié sauf son absence au monde. Elle a même oublié Césarée, la ville en ruine qu’elle déclarait « inoubliable » dans une lettre envoyée à sa mère. Elle a juste retenu le vers de Racine, « Je demeurai longtemps errant dans Césarée ». Heureusement, sa mère a écrit un journal où elle raconte ce qu’elles ont vécu ensemble, avec et sans le père. Sa mémoire c’était sa mère, et elle vient de la perdre – la mère, le jardin, la maison. Elle vient de vider la maison, dans le chagrin et la colère. « Ma mère, c’était après moi le déluge. J’entasse au grenier un bordel monstre, tu te taperas un jour le remake du nettoyage des écuries d’Augias, mais je ne serai pas là pour le voir. »
Heureusement, il y a les copains, qui la baladent du chagrin au rire, et c’est toujours le rire qui la sauve. Alors, armée du récit maternel, des photos d’époque et de ses trous de mémoire, elle s’attaque au puzzle, elle reconstruit la vie de sa mère et la sienne, quitte à les trafiquer – peu importe, une vérité mouvante et floue arrive à surnager. Et maintenant, elle aime sa mère.

 

Dans ce récit sur la mort de sa mère, Marie-Ange Guillaume évoque le deuil, la douleur, le tri des affaires et la suite à donner à la perte, mais à la vie aussi. Sans pathos, cet ouvrage est puissant parce qu'il va beaucoup plus loin, avec une très grande lucidité.

Lorsque ses amis évoquent avec elle certains moments ou lancent "tu te souviens ?" L'auteur a beau plonger dans sa tête, non, elle ne se souvient pas.

Des souvenirs ? Oui bien sûr mais pas les mêmes que ceux évoqués ; ce qui lui reste n'est pas comparable aux récits de ses amis ni même aux écrits consignés par sa mère. Et elle est bouleversée par ces écrits-là, parce qu'ils sont précis, nets, détaillés...

Alors comme ça, elle a été une enfant heureuse, souriante, espiègle ? Sa mémoire est-elle sélective à ce point ? Est-ce le cas de chacun ? 

Et puis la grande question : a-t-elle, en fin de compte, aimé sa mère ? Comment fera -t-elle maintenant ?

Un très beau livre sur la perte et le deuil, mais également sur les relations mères/filles, sur les souvenirs, la mémoire et l'amour filial.

Un questionnement très humain sur des sujets que chacun affronte un jour ou l'autre.

 

Je remercie la librairie Dialogues pour ce partenariat.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun souvenir de Césarée - Marie-Ange Guillaume

Publié dans Lectures

Commenter cet article