Shim Chong, fille vendue - Hwang Sok-yong

Publié le par Plume

shim_chong.jpg

 

Edition : Zulma

Parution : Janvier 2010    (Octobre 2011 pour Points)


 

Nous sommes à la fin du XIXe siècle. En ces temps de disette et de corruption, la traite des enfants est un commerce qui alimente un immense trafic mafieux dans toute l’Asie du sud-est. Shim Chong n’échappe pas à la règle : vendue adolescente, elle va connaître tous les aléas d’un négoce sexuel florissant, des rives du fleuve Jaune aux ports de Shanghai, Taiwan ou Singapour, de la prostitution la plus sordide à la haute courtisanerie des geishas. Le parcours initiatique de la jeune Shim Chong s’inscrit de façon magistrale dans une impressionnante saga de la prostitution et des métiers de la séduction, à une période charnière où l’Asie, sur fond de guerre de l’opium et de trafic d'armes, s’ouvre aux impérialismes occidentaux. En romancier au souffle épique, fort d’un engagement qui l’apparente aux Zola, Dos Passos ou Soljenitsyne, avec sa vision aiguë du mouvement de l’Histoire, Hwang Sok-yong nous livre une somptueuse fresque romanesque.


 

A la fois roman historique et roman de mœurs, l’histoire de Chong est tirée d’une légende Coréenne existante.

Au fil des pages, on s’attache à ce personnage d’esclave sexuelle fière et digne.

 

La lecture de ce livre est agréable et se déroule dans une ambiance particulière, parfois érotique mais toujours esthétique, pleine de sensations.  Le lecteur en prend plein la vue, mais aussi plein les sens.


Les descriptions sont magnifiques, c'est un véritable voyage en Orient et en plein coeur de l'Histoire. Une Histoire que l'on connait mal.

 

L’écriture est engagée. Hwang Sok-yong est un écrivain sud-coréen né en Mandchourie en 1943 (alors sous l'occupation du Japon). Depuis les années 1970, il est l'un des principaux représentants de la littérature réaliste et politique en Corée du Sud. Il y décrit la vie des couches sociales les moins favorisées. Son engagement lui a valu l’exil et la prison. .


Par ce roman, l'auteur évoque la condition féminine de main de maître, sans pathos, avec un talent de conteur qui fait qu’on a du mal à lâcher le livre malgré son épaisseur et la densité de l’histoire. 

 

Tout est dans la profondeur, tant sur le vécu et les ressentis de l’héroïne que sur l’Histoire de cette partie là du monde.

 

 

ChallengeDragonEau

 

Cette lecture entre dans le cadre du challenge Dragon 2012, organisé par Catherine.

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Charles 09/03/2012 20:33

J'ai fini ce livre, incité par ce billet et je ne le regrette pas, il me reste à écrire mon billet pour le challenge du dragon. Merci pour ce partage intéressant.

Plume 12/03/2012 13:39



Merci de ce retour ! J'ai hâte de lire ton billet


 



Jean-Charles 19/02/2012 19:29

Il y a les 2 à la médiathèque mais comme j'ai réservé après t'avoir lue, je fonce... Je reviendrai.

Plume 20/02/2012 13:21



Alors à très bientôt !



Jean-Charles 19/02/2012 10:51

Ce challenge est une belle idée et permet quelques découvertes. Je vais lire ce livre parce que tu en parles très bien. J'ai un peu de mal avec la littérature coréenne, qui je trouve est plus
difficile que d'autres littératures asiatiques. Je vais donc faire une autre tentative.

Plume 19/02/2012 19:05



Merci !


Du même auteur il y a aussi  "Le vieux jardin", plus contemporain dont le déroulement se situe fin des années 80, un très beau roman également. Mais c''est vrai que c'est très différent de
la littérature Japonaise, que j'aime beaucoup également.


N'hésite pas à revenir par ici donner ton impression de lecture ! 



Jean-Charles 05/02/2012 18:08

Je note, le résumé que tu en fais me tente. J'ai lu quelques auteurs chinois. Leur façon de décrire les sentiments, la vie, de parler des autres, est quelquefois imagée. Le sujet de prédilection
est souvent la gente féminine et son rapport au sexe quand il ne s'agit pas de prostitution, hélas !

Plume 05/02/2012 20:35



C'est une excellente lecture d'autant plus qu'en fin de compte, Chong a une consistance et une vie incroyable. Loin d'être freinée par la prostitution, qu'elle ne choisit pas bien évidemment et
qui aurait pu la briser, elle sait la tourner comme un atout. Ce qui fait aussi que le rapport au sexe n'est pas seulement d'un point de vue masculin, ce qui sur cette période et dans ce
contexte, est plutôt rare.



Clochette 29/01/2012 15:56

ça fait envie, je le rajoute sur ma liste!

Plume 30/01/2012 12:02



C'est une lecture peut-être un peu exigente, mais très riche et très belle !