Par-dessus le bord du monde - Tim Winton

Publié le par Plume

par_dessus_bord_monde.jpgEdition : Rivages

Parution : Janvier 2004    (Janvier 2006 pour la version poche)

 

Georgie Jutland est paumée. A 40 ans, sa carrière d'infirmière en miettes, elle se retrouve isolée à White Point à partager la vie d'un pêcheur qu'elle n'aime pas vraiment et de deux enfants orphelins d'une mère qu'elle ne pourra jamais remplacer. Train-train quotidien, isolement social, elle perd ses nuits à naviguer sans but sur Internet en buvant de la vodka. Son légendaire aplomb et sa confiance en soi l'ont abandonnée : elle ne se reconnaît plus.

Un matin, alors qu'elle lève les yeux de son écran, elle aperçoit une ombre sur la plage en contrebas. Luther Fox vient de faire irruption dans sa vie. Braconnier local, marginal, il est prédécédé d'une réputation familiale de malheur et de malchance.

C'est pour Georgie le début d'une aventure improbable et dangereuse. Fox s'enfuit en direction du nord de l'Australie occidentale pour accomplir un pèlerinage là où se trouvent les mines d'amiante où son père toute sa vie a trimé. Puis il s'exile volontairement sur la côte aride des Kimberley et rompt définitivement avec le passé. Dans cet univers inhospitalier, grandiose et sauvage, Fox fait l'expérience de la solitude absolue, de la mort qui toujours rôde, de la folie qui guette. C'est là que la musique et Georgie, revenue à elle-même, le sauveront.

 

Voici une bien belle découverte !


A peine les premières pages lues, le lecteur est happé dans un récit où intrigue, paysages - et dépaysement - personnalités, force et fragilité explosent au gré des pages et des plages.

C'est un livre à la fois sauvage et tendre, un peu à pic comme les falaises qui bordent les côtes Australiennes où évoluent les personnages.

Il y a dans ce roman toute une ambiance, une richesse de ton et de mots ainsi que des balades magnifiques.

L'histoire est parfois assez rude, comme seuls peuvent l'être des pêcheurs qui s'épient, se jalousent et se laissent porter par des superstitions qu'ils n'avouent pas mais qui marquent leurs familles sur plusieurs générations. Ces villages isolés où tous se connaissent, où personne ne dit rien mais où tout se sait et où tout se règle de l'intérieur.

 

De par le monde et de tout temps, la différence dérange. Qu'en est-il de l'originalité et du talent ? Faut-il prendre le taureau par les cornes pour changer son destin où se laisser porter par les convenances, voire par la peur ?

 

Georgie et Fox sont des êtres écorchés, malmenés par la vie. Ils ont en commun cette sensibilité qui les mènera en marge du village. A force de courir, de se rattraper puis de fuir, d'aller encore plus loin, à bout de force et de possibilité, rejoindront-ils ce qu'ils cherchent ?

Que ce soit par amour, par la musique ou l'envie d'ailleurs, ils nous entraînent avec eux tout au long de ce voyage, riche d'intériorité comme de paysages, sensible et tourmenté comme leur âme.


 

La lecture de ce titre entre dans le cadre du challenge des "12 d'Ys", catégorie n° 2 "Australasie"

 

2012- les 12 d'Ys

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène Choco 23/03/2012 09:17

Wouah, quelle magnifique critique... lors de notre prochain thé-gateau, je te demanderai comment te vient l'inspiration! :-D
Voilà par ailleurs un très beau livre, une belle histoire... de beaux personnages.... je note!

Plume 23/03/2012 10:46



Euh, merci


Pourtant en lisant tes billets, j'ai bien souvent l'impression que l'inspiration ne te manque pas, ni l'humour ! Mais bon encore un (bon) prétexte pour prolonger (avec grand plaisir) un
thé-gâteau



Ys 22/03/2012 21:17

j'ai lu il y a quelques années un roman jeunesse de cet auteur qui ne m'a pas convaincue. Comme je pense que c'est un bon auteur, je l'ai inscrit dans ce défi. J'espère que la 2e tentative sera la
bonne.

Plume 23/03/2012 10:44



Même les bons auteurs n'écrivent pas que des bons livres...


Je te souhaite donc d'apprécier ta seconde tentative autant que je me suis régalée avec cette première, et ce, grâce à ton challenge !