Mouche' - Marie Lebey

Publié le par Plume

Mouche-.jpgEdition : Leo Scheer

Parution : Janvier 2013

 

Mouche', drôle de surnom pour une mère, surtout avec cette apostrophe en coin comme un clin d'oeil espiègle et affectueux. Dans ce signe transparaît la fantaisie qu'elle partage avec sa fille romancière.
Marie Lebey esquisse une caricature de sa mère, légèrement ridicule, avec son côté Madame Verdurin pour qui l'art et la beauté sont partout, sauf chez sa fille qu'elle ne voit pas. Elle va jusqu'à moquer ses origines belges dont Baudelaire dresse le portrait au vitriol dans Pauvre Belgique !
Après la mort de son mari et de sa fille aînée, Mouche' a un peu perdu la raison et enfermé sa fille dans un musée peuplé des fantômes de ses ancêtres et de ses écrivains fétiches. Pour lui échapper, celle-ci n'avait pas d'autre issue que de devenir une femme, belle et séduisante, captant le regard des hommes dans le seul but d'exister enfin aux yeux de quelqu'un.
Avec tendre ironie, originalité, et cette drôlerie qui la caractérise, dont on comprend la source, Marie Lebey raconte l'histoire de sa relation avec cette femme, mais sans jamais régler ses comptes, bien au contraire : Mouche' est une véritable lettre d'amour.

 

 

Mouchka, dite Mouche' est un sacré personnage. Tour à tour adorable, pénible, adoratrice de Proust, elle ne manque pas de caractère, vit dans un monde où tout est "magnifique" : des vitrines des Galeries Lafayettes  aux bistrots miteux.

 

Marie Lebey raconte ses souvenirs avec cette femme dans un roman sensible, pudique.

Elle y évoque des moments grinçants et des périodes heureuses. C'est parfois très drôle, parfois touchant, c'est le récit d'instants de vie, de bribes de bonheur ou de malheur.

 

Rien de larmoyant cependant car il s'agit avant tout de faire le constat objectif  de ce qu'est cette femme, cette Mouche' avec un M majuscule, cette mère qu'elle aime tendrement.


Un joli hommage original et tendre.

 

 

Merci à la librairie Dialogues pour cette lecture.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lectures

Commenter cet article