Les souvenirs - David Foenkinos

Publié le par Plume

souvenirsEdition: Gallimard

Parution : Août 2011

 

 

« Je voulais dire à mon grand-père que je l’aimais, mais je n’y suis pas parvenu. J’ai si souvent été en retard sur les mots que j’aurais voulu dire. Je ne pourrai jamais faire marche arrière vers cette tendresse. Sauf peut-être avec l’écrit, maintenant. Je peux le lui dire, là. »

David Foenkinos nous offre ici une méditation sensible sur la vieillesse et les maisons de retraite, la difficulté de comprendre ses parents, l’amour conjugal, le désir de créer et la beauté du hasard, au fil d’une histoire simple racontée avec délicatesse, humour, et un art maîtrisé des formules singulières ou poétiques.

 

 

 

 

Sous l’écriture fluide d’apparence légère de Foenkinos se trouve une profondeur sur la vie.

 

Sans mélodrame, avec un humour délicat et beaucoup d’émotion, il pose un regard affectueux,  tendre,  parsemé d’une douce ironie, de mélancolie et d’humour sur cette vieillesse qui nous attend tous.

Il possède l’art de dédramatiser et de déculpabiliser au lieu de stigmatiser les comportements.

 

"Au fil des visites, j'avais pris l'habitude de regarder les pensionnaires. De vraiment les regarder.

...Je ne pensais qu'à une chose : ils avaient eu mon âge un jour. Et un jour, j'aurais leur âge.

Ici je marchais à travers qui je serais."


D’une sensibilité à fleur de peau, il dit la peur de la dépendance, de la fin de vie. La peur également d’être passé à côté de l’essentiel après avoir compris « …la vacuité de la grande majorité des relations humaines tissées au cours d’une vie professionnelle. »


Se voir vieillir, voir ses proches vieillir avant vous et les perdre, laisser ainsi la place à ceux qui suivent. Aux souvenirs s’attachent des gens, des êtres aimés.

 


De construction originale, le roman alterne la vie passée et présente du narrateur avec des souvenirs de vie de gens connus ainsi que ceux d’autres protagonistes de l’histoire. Il conte la vie de sa grand-mère et en parallèle les aléas et les petits bonheurs de sa vie privée et professionnelle.

 

La dernière partie sur sa vie conjugale m’a semblé moins appropriée dans le fil du roman, n’y apportant rien de plus même s’il y traite toujours des relations humaines dans l’observation desquelles il excelle.

Un roman sensible et juste, d'une agréable lecture.

 

 

Ce billet a déjà été partiellement publié dans Litté Mag' n°4


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nanieblue 25/06/2012 20:36

En allant à la bibliothèque la semaine dernière, il était mis bien en évidence.... J'étais à deux doigts de le prendre, et oui j'ai très envie de retrouver la plume de D. Foenkinos au travers d'un
autre roman que "La délicatesse"
Mais bon j'avais déjà 3 livres dans les bras... Mais la prochaine fois, je le prends ^^

Plume 26/06/2012 18:52



Je suis actuellement plongée dans "Nos séparations", du même auteur... Trop de Foenkinos tue le bon Foenkinos, enfin je crois. J'ai adoré "la délicatesse" et aimé "les souvenirs", j'ai ri avec
"le potentiel érotique de ma femme", mais là, je passe juste un moment agréable : ce qui n'est déjà pas si mal, mais...


Bonnes lectures !!



Hélène Choco 11/06/2012 20:58

ahhhhhh, Foenkinos... ses livres ne me laisse jamais un souvenir impérissable, juste une agréable sensation de paix et de joie, de beauté et de douceur... Alors même si j'ai aimé ce livre sans être
complètement enthousiaste, je rejoins complètement ton avis sur l'humour extraordinaire dont il fait preuve!

Plume 12/06/2012 18:29



Sans être impérissable, c'est vrai. Je trouve qu'il a souvent le mot juste et qu'il fait preuve d'une certaine sincérité.



Ys 09/06/2012 20:19

"Sous l’écriture fluide d’apparence légère de Foenkinos se trouve une profondeur sur la vie" : c'est vrai ? Hum, quelque chose me dit que cet auteur-là n'est pas pour moi, le regard affectueux et
tendre certainement...

Plume 11/06/2012 18:24



Ecoute, c'est vrai que médiatisé comme il l'est, on pourrait y aller à reculons...mais je pense qu'il y a une vraie sincérité dans son écriture, en tout cas je l'ai senti ainsi.


Peut-être un jour seras-tu tentée d'essayer, l'avantage est que c'est très vite lu !