Le polygame solitaire - Brady Udall

Publié le par Plume

polygame solitaire

 

 Edition : Albin Michel

 Parution : Avril 2011

 

 

Golden Richards ne supporte plus sa vie : mormon polygame avec quatre épouses et vingt-huit enfants, sa petite entreprise de bâtiment est en train de couler et il vient de perdre deux enfants.

A la suite d'une rencontre dans le désert du Névada, il va trouver le moyen d'échapper à son quotidien et de mener une double vie.

 

 

 

 

 

Mon impression :

 

 

 

 

Voilà un roman comme je les adore ! Un bon gros pavé dans lequel on se sent bien, des personnages hauts en couleurs, une histoire à la fois extravagante et rondement menée, bref de purs moments de lecture bonheur !

Un bijou d'humour et d'émotion.  On passe parfois du rire aux larmes.

Si vous souhaitez un roman dépaysant, mais intelligent, pour votre été : n'hésitez pas.

Oui il fait 737 pages, mais quand on est si bien dans l'histoire, pourquoi pas ?

 

Ce roman démarre ainsi :

 

"Pour le dire le plus simplement possible, c'est l'histoire d'un polygame qui a une liaison. Mais bien sûr, c'est beaucoup plus compliqué. La vie d'un polygame, même dépourvue de mensonges, de secrets et d'infidélités, est tout sauf simple." 

 

Effectivement, comment voulez-vous que la vie de Golden Richards soit simple avec 4 épouses ; 28 enfants ; cette jolie famille plurale répartie dans 3 foyers distincts ; une entreprise qui bat de l'aile ; un chantier très "spécial" puisqu'il construit un bordel alors qu'il annonce partout qu'il s'agit d'une maison de retraite ; des responsabilités au sein de son église  et une attirance envers une femme qui n'est aucune de ses 4 épouses....

 

Mais la vie n'est pas plus simple pour les 4 soeurs-épouses dans leur existence d'asservissement, d'ennui et de déception. Au programme : commérages, jalousies, mesquineries en tous genres, rien à elles qui leur appartienne en propre. 

 

Que dire de la vie des enfants ? Et surtout de celle de Rusty, 11 ans, qui aimerait tant avoir sa mère un moment pour lui seul ; qui, ne sachant comment exprimer ce qu'il ressent ne peut que tenter d'attirer l'attention en multipliant les bêtises.

 

Aucune longueur, aucun passage de trop, aucun ennui en perspective !

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soundandfury 10/06/2011 18:38


Oui oui, avec plaisir ^^


Plume 10/06/2011 20:26



  !



Soundandfury 09/06/2011 12:08


Je ne cherche pas à juger au sens condamner. ^^
Simplement à comprendre quel est l'image qui est donnée. J'ai senti une sorte de fatalité peser sur les personnages du livre. Comme si ce mode de vie finissait par leur être imposé et gravé dans la
chair. Pas totalement à cause de principe religieux. Comme tu le dis, quand on ne connait que cela, au fond...
Mais justement, certains personnages ont connu/essayé/désiré une autre vie et au final, chacun retourne dans le Principe.
En fait, mon interrogation, c'est de savoir si pour l'auteur, cette fatalité tient au poids des croyances religieuses ou si elle s'apparente à celle qui influence les tragédies classiques, par
exemple. (je penche assez pour la seconde réponse. La polygamie comme la religion ne sont que secondaires dans le roman, qui parle avant tout, pour moi, de l'humain et de sa psychologie
complexe.)
Je te remercie de ta réponse détaillée en tout cas! C'est toujours un plaisir d'échanger quand on a adoré un roman!


Plume 09/06/2011 18:50



L'échange sur les lectures...c'est pour moi indispensable !


J'ai ressenti également cette fatalité dont tu parles et qui n'est effectivement pas que religieuse, ce poids d'être né ainsi et ici.


Les personnages ne sont pas tous revenus au Principe (la mère de Trish) mais je pense aussi qu'il y a de quoi être déboussolé de se retrouver dans la "vraie" vie.


Cette façon de vivre apporte sans doute une certaine sécurité, un confort : celui d'être entouré, de vivre selon des règles établies et d'être en quasi autarcie, reléguant le monde réel avec
toutes ses inconnues assez loin pour n'en faire partie que le moins possible. C'est d'ailleurs le cas dans la plupart des communautés, cette espèce d'appréhension d'une vie normale et on peut
comprendre (jusqu'à un certain point) l'attrait d'une vie où l'on ne dépend que d'une fraternité...cela étant, c'est aussi une façon assez lâche (??) de ne pas se reconnaître dans le monde et ce
qu'il a d'imparfait. Mais je m'égare, je ne suis plus dans le roman !


Comme toi, je pense que l'auteur n'a pas écrit ce roman sur la polygamie ou la religion mais bien sur l'humain, ses ressentis, ses questionnements de vie, son relationnel aux autres. Malgré tout,
il connaît bien le sujet et cela en fait une histoire encore plus savoureuse dans ce contexte.


Merci encore !!! Et à bientôt pour d'autres aventures...?



Soundandfury 09/06/2011 11:23


Je partage ton enthousiasme. Il n'y a pas une page à jeter dans ce roman! Une vie pas simple, en effet et à la fin de ma lecture je suis restée partagée... Vision positive ou non de cette famille?
C'est très critique et ça ne fait pas envie, mais en même temps c'est très tendre.


Plume 09/06/2011 11:38



Je crois qu'il faut prendre le tout comme un excellent roman et ne pas entrer dans un jugement sur ce type de famille, de vie, de foi. J'avoue que c'était pour moi une découverte de savoir que
cela existait vraiment ! Je n'ose pas imaginer ces vies dans le réel, que ce soient celles des femmes, des enfants et même du père. Sans doute que quand on a pas connu autre chose, quand on a été
éduqué dans ce sens...et encore, et puis c'est quand même l'Amérique, ce pays d'avant garde, de liberté, mais où l'on trouve aussi tous les excès ! Pour moi, ça reste un mystère. Cela dit quant
au début du roman (je crois) il évoque la mère de Trish et qu'il parle de la mort du père : "toute la famille plurale vole en éclat" et beaucoup en profite pour fuir vers un ailleurs et même
jusqu'à Reno où la vie est me semble-t-il très différente, dans tous les sens...non ? En tout cas ça n'enlève rien à ce merveilleux livre.



Clochette 01/06/2011 12:30


Rassure toi il est désormais noté sur ma liste des prochains livres à acheter!!!


Plume 01/06/2011 13:48



Super !!



Clochette 01/06/2011 10:22


Ne me tente pas j'ai un livre en cours, un neuf qui m'attends et un qui sort demain que je vais certainement m'offrir (encore!)
Mais je note celui là dans un coin, l'été est long j'ai le temps!!


Plume 01/06/2011 12:03



Mais si, mais si je te tente car c'est vraiment, vraiment un super roman !


Bises