La carte et le territoire - Michel Houellebecq

Publié le par Plume

carte et territoire 

Edition : Flammarion

Parution : Septembre 2010

 

Cinq ans après La possibilité d’une île, Michel Houellebecq revient avec un grand roman qui raconte la vie de trois personnages masculins. Certains y verront un retour aux thèmes d’Extension du domaine de la lutte et des Particules élémentaires, d’autres salueront un texte puissant, à la fois contemporain et profondément classique, d’une admirable maîtrise littéraire.

Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël. Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession. Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police. Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures. L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.

 

Mon impression générale :  

 

Je peux enfin dire ça y est j'ai terminé ! Je m'explique: si les deux premières parties de ce roman se lisent avec facilité, la troisième partie m'a semblé plus que laborieuse...et j'en ai traîné la lecture sur plusieurs jours.

Sinon, dubitative au départ, je le reste à l'arrivée. Qu'y a-t-il derrière ou dans ce roman ? J'ai trouvé que l'histoire de Jed Martin n'était qu'une façon de parler de Michel Houellebecq qui parle de Michel Houellebecq cela, sans faire du Michel Houellebecq habituel : pas de sexe, pas de provoc. Cela pourrait donner un roman touchant qui, personnellement, n'a pas réussi à me faire croire à la sincérité des craintes, de la solitude et de la pauvreté des relations humaines qu'entretiendrait Michel Houellebecq. L'ensemble donne un roman un peu décalé, avec une troisième partie trop souvent meublée d'articles encyclopédiques  et diverses notices en copier/coller.

Bref, Michel Houellebecq a enfin eu son Goncourt, et il a, une fois encore, réussi à créer la polémique et à faire parler de lui  , je n'en dirai donc rien de plus !

 


Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nico 29/01/2012 14:47

De cet auteur j'avais tout de même préféré Plateforme et Les particules élémentaires. Avec La carte et le territoire, il nous a pondu un texte fade et sans saveur ni provoc (ce dernier point étant
pourtant une spécialité de l'auteur).

Plume 29/01/2012 14:58



Perso je n'avais apprécié ni l'un ni l'autre... Le problème avec Houellebecq, c'est qu'il fait tout (y compris la provoc) pour faire parler de lui...et ça fonctionne !



Nico 29/01/2012 11:16

Un roman qui m'a ennuyé, et qui me semble froid et surestimé.

Plume 29/01/2012 14:14



J'ai envie de dire : c'est du Houellebecq, ce qui à mon sens veut tout dire !


Lu parce qu'on me l'avait vanté différent des autres (que je n'avais pas aimé). Bon ben il parle de lui et effectivement ça ne m'a touchée. un an après, il ne m'en reste rien.