Cyanure - Camilla Läckberg

Publié le par Plume

cyanureEdition : Actes Sud

Parution : Novembre 2011

 

Quelques jours avant Noël, sa petite amie, Lisette Liljecrona, invite Martin Molin (collègue de Patrick Hedström) à venir passer le week-end avec sa famille sur la petite île de Välo en Suède. L’idée ne l’enthousiasme guère et c’est à contrecœur qu’il accepte de l’accompagner. Ses appréhensions se voient confirmées lorsqu’il fait la connaissance des Liljecrona. Avec plus ou moins d’élégance, tous s’acharnent à obtenir les faveurs du patriarche dont la fortune s’élève à plusieurs milliards de couronnes. Cette course à l’héritage tourne court lorsque, le soir même, Ruben, déçu et furieux contre les membres de sa famille, affirme les avoir déshérités. Gagné par son emportement, le vieil homme meurt soudainement, vraisemblablement victime d’un malaise cardiaque. Une tempête de neige fait rage dans la région et les hôtes sont dans l’impossibilité de regagner le continent. Martin prend alors la situation en main et constate que Ruben a été empoisonné. Personne n’a pénétré dans la maison, le meurtrier est donc forcément parmi les convives. En les interrogeant, le jeune policier tente avec peine de démêler les vieilles rancœurs familiales des pistes plus sérieuses. Seul Matte, l’un des petits-enfants de Ruben, semble sincèrement affecté par sa mort. Comme tous les moyens de communication avec l’extérieur sont coupés, Martin se retrouve livré à lui-même face à sept suspects. Bientôt, un nouveau meurtre est commis. Le cadavre de Matte est retrouvé étendu dans sa chambre, une blessure par balle déchirant sa poitrine…

 

 

 

Alors qu’elle délaisse son couple fétiche pour la première fois, on ressent à la lecture de ce court roman que l’auteur a été très influencée, si ce n’est largement inspirée par Agatha Christie et  Sherlock Holmes. Après tout pourquoi pas, elle ne sera ni la première, ni la dernière...

Mais Camilla Läckberg offre au lecteur un moment policier à huis clos assez mou qui semble déjà lu et relu bien des fois. Les personnages ne sont guère convaincants et l’ensemble manque de profondeur.


La petite touche d’humour très personnel de l’auteur relève cependant un peu l’histoire sans arriver à lui procurer grand éclat.

 

Un polar succinct qui ne restera sans doute pas dans les annales malgré sa couverture superbe et son format agréable (surtout pour son prix de 17,10€ et seulement 128 pages...) .

 

 

 

La lecture de ce titre entre dans le cadre du "Défi cent pages" de La part manquante :

 

cent-pages.jpg

 
   mais également dans le
challenge "Littérature Nordique" de Myiuki 

 


challenge nordiqueMes autres lectures pour ce challenge : ici


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anne charlotte 30/10/2012 09:36

Egalement un peu déçue par ce livre

Plume 30/10/2012 10:42



Un peu beaucoup, dans mon cas...



Jean-Charles 24/10/2012 14:46

Je n'en ai pas non plus gardé un souvenir mémorable.

Plume 24/10/2012 16:09



Je crois que nous sommes nombreux dans ce cas !



Dom 08/10/2012 17:00

Tiens au fait, tu le sais peut être, elle sort un livre de cuisine le 10 octobre.

Plume 12/10/2012 20:36



Et non, je ne savais pas. Cuisine suédoise ?


A suivre...



Clochette 05/10/2012 21:32

C'est ce que j'allais dire, la couverture est tout simplement superbe!! Dommage que l'histoire ne suive pas semble t il!

Plume 06/10/2012 12:22



Yep !


Bisous.



La Part Manquante 05/10/2012 18:24

Moi qui ne suis pas polar...et qui me méfie des univers souvent glauques de la littérature nordique, me voici refroidie ( c'est le cas de le dire)...malgré tout je me dis que peu de page pour un
polar nordique me permettrait peut-être de ne pas rester sur de subjectives impressions...
Merci pour ce premier billet dans le défi!

Plume 06/10/2012 12:22



Je crois que c'était surtout un très beau coup marketing de la part de l'éditeur... réussi . Mais je t'assure qu'il y a
de très bons polars nordiques à découvrir !


Pour les billets, d'autres arrivent !