Bonheur d'occasion - Gabrielle Roy

Publié le par Plume

bonheur_occasion.jpg

 

Première parution au Québec en 1945 et en France (Flammarion) en 1947.

Dernière édition 2009 chez Boréal.

 

Prix fémina 1947

 

Dans le quartier montréalais de Saint-Henri, un peuple d'ouvriers et de petits employés canadiens-français est désespérément en quête de bonheur. Florentine croit avoir trouvé le sien dans l'amour ; Rose-Anna le cherche dans le bien-être de sa famille ; Azarius fuit dans le rêve ; Emmanuel s'enrôle ; Jean entreprend son ascension sociale. Chacun, à sa manière, invente sa propre voie de salut et chacun, à sa manière, échoue. Mais leur sort est en même temps celui de million d'autres, non seulement à Montréal mais partout ailleurs, dans un monde en proie à la guerre.

 

 

Dans ce roman, le lecteur est transporté au Québec au début de la seconde guerre mondiale. Les protagonistes vivent dans Saint-Henri, rattaché à Montréal depuis 1905.

C'est au travers de la famille Lacasse que l'auteur nous plonge dans les conditions de vie de l'époque.

Il y a Florentine, 19 ans, serveuse qui verse la quasi totalité de son maigre salaire pour faire vivre sa famille. Mais Florentine a des rêves, elle est amoureuse de Jean, un jeune homme ambitieux. Il sait qu'en se débrouillant bien, il pourra tirer partie de la guerre, sans s'enrôler  pour autant.

Rose-Anna, la mère, qui chaque jour lave, raccommode, tente d'étirer au maximum le moindre cenne (sou) pour  faire vivre les siens, ses enfants qu'elle aime tant sans savoir leur dire. Cette femme courageuse qui refuse de se laisser abattre plus d'un instant mais qui redoute aussi d'avoir à payer un tribut à chaque petit bonheur accordé par la vie.

Eugène le frère aîné ne voit son avenir que d'une seule façon : s'enrôler dans cette guerre qui démarre pour s'assurer un salaire, un manteau et des chaussures mais aussi un certain prestige auprès des jeunes filles.

Il y a aussi Yvonne, qu'aucune température négative n'empêchera de se rendre à la messe ; Daniel le petit garçon fragile qui reste à la maison malgré son envie d'école ; et puis les petits dont on parle moins, ainsi que l'enfant encore à naître...

Et puis il y a Azarius, le père, qui ne garde jamais un travail bien longtemps mais trouve son bonheur et son avenir dans ses rêves et ses espoirs en sachant les communiquer autour de lui, même si la réalité se rappelle à lui de façon parfois abrupte.

 

Au travers de ces personnages attachants, la guerre continue en toile de fond. Elle est lointaine, bien sûr, et les difficultés pour s'en sortir au quotidien sont déjà bien trop prenantes pour que les héros y pensent souvent, sauf quand cette dernière se rappelle à eux par l'enrôlement d'un proche ou un gros titre dans les journaux.

 

Ce livre est aussi un récit moderne pour l'époque de sa publication, car l'auteur ose en effet effleurer le sujet tabou de la sexualité, même si ce n'est qu'en glissant quelques mots ou phrases sur ce sujet.

 

Ponctué de termes et de phrases en québécois, ce roman est une pure lecture bonheur même si le récit n'est pas gai. Et c'est à regret que l'on quitte cette famille au moment où, on l'espère de tout coeur, la roue semble avoir tournée un petit peu en sa faveur. A moins que...

 

 

 

Cette lecture entre dans le cadre du challenge "Un mot, des titres" organisé par Calypso.

 

challenge mot titre

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lectures

Commenter cet article

isallysun 16/03/2012 22:47

Voilà, j'ai terminé ma lecture aujourd'hui, alors je pouvais maintenant venir lire ton avis ^^ et me fait réaliser que je n'ai pas encore fait ma tournée... Tu vois, je n'avais pas pensé au côté
sexualité, et que l'on pouvait trouver ce livre moderne! Contente de voir que le Québec te fascine :)

Plume 20/03/2012 18:39



Peut-être étais-je Québécoise dans une autre vie ?? Je vais aussi aller faire un tour vers ton avis !



Sophielit 05/03/2012 15:26

Bonjour Plume,
C'est moi qui fais voyager "Je vous emmène au bout de la ligne"... Mélo a fini de le lire, peux-tu me communiquer ton adresse postale afin qu'elle te fasse parvenir le livre ?
Merci et à bientôt
Sophie

Plume 05/03/2012 20:45



Merci Sophie !


Je n'ai pas trouvé le formulaire "contact" sur ton blog pour te passer mon adresse, aussi c'est Hélène Choco qui te l'envoie... à bientôt !



Cajou 04/03/2012 20:42

Je viens seulement de publier mon billet sur le mot "bonheur" alors je fais maintenant le tour des billets des autres participantes, à la recherche de titres prometteurs =D Ton livre bonheur me
plait beaucoup car j'adore voir évoluer plusieurs personnages en parallèle, je trouve cela beaucoup plus riche ! Puis j'aime beaucoup le Québec et ses particularités langagières

Plume 05/03/2012 10:54



Donc tu devrais également trouver ton bonheur entre les pages de ce livre !


Je n'ai pas encore eule temps de faire le tour des billets mais je m'y attèle (j'essaye) au plus vite...



calypso 02/03/2012 10:55

Ce roman ne m'attire pas, dans son ensemble : la couverture, l'histoire... Mais il t'a plu et c'est vraiment l'essentiel. :)
L'histoire que j'ai lue se déroulait également au Québec.
Merci pour ce partage !

Plume 02/03/2012 21:00



Ah, il en faut pour tous les goûts ! Je vais aller faire un tour du côté des autres billet et du tien en
particulier...rien qu'à l'évocation du Québec, ça m'attire.


En tout cas, merci de ce challenge. Ce livre dormait depuis trop longtemps dansma Pal !


 



Hélène Choco 02/03/2012 10:42

Je trouve le titre assez terrible (s'il y a bien une chose que j'aimerai ne pas recevoir usé, sali, vieilli, déjà utilisé, c'est le bonheur!! ;-) ) mais l'histoire me fascine. Je note!

Plume 02/03/2012 20:58



Certes, on a tous une haute opinion de son propre bonheur ou de ce qu'il devrait être et heureusement !