A l'enfant que je n'aurai pas - Linda Lé

Publié le par Plume

Edition : Nil

Parution : Août 2011

 

L’auteur adresse une longue lettre à l’enfant qu’elle ne mettra jamais au monde ainsi qu’aux femmes qui ont fait ce choix délibéré.

Elle conte par le menu le pourquoi de ce choix. Elle explique son besoin viscéral de se vouer à la littérature, elle évoque sa fragilité psychologique et surtout son enfance de laquelle découle cette décision de ne pas engendrer pour ne pas commettre d’erreurs. Les exemples ne manquent pas pour décrire l’éducation rigide, le manque d’amour et d’attention de sa mère. Nul besoin d’être psychologue pour déduire  qu’une grande partie de cette décision vient de l’image de cette marâtre et de son jugement s’il devait en être autrement.

 

A  force de justification, l’auteur en fait un peu beaucoup. Certes elle ne manque pas de courage pour affirmer sa décision. Sa non envie de procréer est  sans nul doute convaincante, légitime et réfléchie. Mais ses justifications sont autant d’auto flagellation.

Malheureusement ce texte manque d’émotion, il n’arrive pas à toucher. Nul jugement quant à sa décision respectable, mais le fait de prôner si  haut et  si fort ses convictions apparait comme une méthode pour se convaincre elle-même, un procédé pour s’opposer enfin à ce qu’on attend d’elle.

Car il est évident qu’au cœur même de son être existe un lien avec ce non enfant, quel dote même du pouvoir de l’aider dans son avancement spirituel. C’est pour et à travers lui qu’elle fouille, sonde, explore et analyse  toujours plus, toujours plus loin, jour après jour, pour que : « …si tu avais vu le jour, tu sois fier de moi… »

Elle a engendré un enfant tout littéraire, un enfant virtuel, auquel elle pense, parle, se plaint, se réjouit, se justifie.

Loin de moi l'idée de juger. Ce n'est que l'écriture de l'auteur qui n'a pas su me convaincre, m'atteindre. Ou bien je suis passée à côté....

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Yspaddaden 16/05/2013 21:56

C'est juste le genre de livres que ne me plait pas, l'autofiction : je n'ai pas envie de savoir pourquoi Linda Le veut ou ne veut pas d'enfant, ni comment Machine a vécu la mort de sa mère et Bidule celle de son père... vraiment pas pour moi.

Plume 21/05/2013 18:23

Je comprends. Personnellement, ce qui m'intéresse c'est la façon d'écrire et les mots utilisés pour le faire. Ainsi que ce que je ressens, même si ce ne sont pas mes lectures préférées. En général ce sont de petits livres qui tournent dans mon cercle de lecture, difficile donc de donner un avis sans les lire ;-) !