Le chardonneret - Donna Tartt

Publié le par Plume

Edition : Plon

Parution : Janvier 2014

Theo Decker a treize ans. Survivant miraculeux d’une explosion gigantesque en plein New York, il se retrouve seul dans la ville, orphelin, et se réfugie chez les parents d’un ami pour échapper aux services sociaux. Désormais Theo va comprendre qu’il ne peut compter que sur lui-même. Tout ce qui lui reste de cette journée où il a perdu sa mère, c’est un tableau, une toile de maître minuscule, envoûtante, infiniment précieuse qu’il n’a pas le droit de posséder. Mais il ne peut plus s’en détacher. Et elle va l’entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l’art.
Roman d’initiation à la Dickens, portrait féroce et actuel d’un pays, rythmé comme un thriller et profondément intime, Le Chardonneret condense en dix ans d’écriture et plus de 800 pages tous les talents de Donna Tartt. Son écriture coule, précise et magnifique, collée aux pas de son héros, d’un rebondissement à l’autre, sans jamais lâcher le lecteur. Ce roman est une nouvelle prouesse, dans une Amérique hantée par ses démons, esclave de ses obsessions et consumée par ses ambitions.

 

 

Avec un livre tous les 10 ans, Donna Tartt nous a habitué à des pavés... "Le chardonneret" ne fait pas exception à cette règle. 

C'est un roman intéressant, intriguant, construit comme un journal intime qui ne serait destiné à personne. Le héros nous y relate par le menu certains faits très importants pour lui alors qu'il passe sous silence des périodes entières de sa vie.

C'est une lecture envoûtante et un rien hypnotique.  Passé les 3/4 du roman, il y a quelques longueurs, quelques lourdeurs dans l'histoire et le style. Mais le lecteur arrive aisément au bout car il a hâte de savoir comment toute cette histoire va se terminer.

Les thèmes abordés sont révélateurs d'une époque et d'une Amérique contemporaine entre luxe et misère, bas fonds, drogues. Il y est aussi question des dérives d'une société pas forcément fascinante ou attirante tels qu'ils sont pointés du doigt.

C'est également une approche des troubles post traumatiques et de la façon de s'en remettre ou de ne pas s'en remettre ainsi que sur le destin, ce chemin tracé d'avance (?)

"...Nous ne choisissons pas notre coeur. Nous ne pouvons pas nous forcer à vouloir ce qui est bon pour nous ou ce qui est bon pour les autres. Nous ne choisissons pas qui nous sommes."

 

Mais ce qui semble le plus fort est le raisonnement philosophique et presque spirituel abordé dans les toutes dernières pages : réflexions pertinentes de la puissance d'une oeuvre intemporelle sur l'être humain.

Il est évident que chacun est touché différemment, que chacun réagira à sa manière devant un tableau, une sculpture. L'émotion peut être largement présente même si la personne ne connait rien à l'art. Ce qui se déroule en elle lui appartient et ne ressemble à rien d'autre.

Que cela puisse changer totalement sa vie ? Pourquoi pas, en tout cas sa perception de la vie, c'est certain.

 

"Comment savons-nous ce qui est bon pour nous ? Chaque psy, chaque conseiller d'orientation professionnelle, chaque princesse Disney connaît la réponse : 'Sois toi-même' 'Ecoute ton coeur' "

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le chardonneret - Donna Tartt

Publié dans Lectures

Commenter cet article

Jostein 08/04/2014 07:13

Il est dans ma PAL et son volume m'effraie mais je vais le commencer en fin de semaine.

Plume 08/04/2014 15:35

Connaissant un peu ton rythme de lecture, je pense que tu en viendras facilement à bout ;-) !
Je lirai ta chronique avec plaisir.